Église Chrétienne Catholique Traditionnelle, messe, Parole de Dieu, Bible, Jésus Christ, disciple Christ, histoire Église catholique, œcuménismes
Vie Sacramentelle > - Le Sacrement des Malades

 

Église Chrétienne Catholique Traditionnelle, messe, Parole de Dieu, Bible, Jésus Christ, disciple Christ, histoire Église catholique, œcuménismesL’onction des malades
Une force pour vivre !

« L'un des vous est-il malade ?Qu'il fasse appeler les anciens de l'Eglise et
qu'ils prient aprèsavoir fait sur lui une onction au nom du Seigneur»  (Jacques 5, 14)

L'onction des malades n'est pas destinée aux mourants mais, comme le nom l'indique, aux malades, c'est à dire aux vivants qui sont marqués par la maladie ou un autre grave handicap de santé.

« L'onction des malades est sans doute le plus ignoré de tous les sacrements. Le mensonge devant la mort, la peur du personnel médical de s'avouer battu par la maladie, l'engourdissement des malades par les drogues qui les soulagent, le milieu hospitalier compétent techniquement mais souvent démuni spirituellement, autant de causes anciennes ou récentes, "d'enterrer" ce sacrement qui est considéré comme un signe de mort : l'"extrême" onction ou l'onction reçue à toute "extrémité". Tout au contraire, dans l'esprit de l'Eglise, l'onction des malades est destinée à leur donner, sinon la guérison physique, du moins la force dans l'épreuve de la maladie. Ce sacrement fait penser à la grâce de Lourdes : peu de malades reviennent guéris, la plupart découvrent l'espérance ».

Jacques Garnier, Je sais en qui je crois, Editions du Cerf

Prière


Seigneur, Vous savez que je suis faible
Vous le savez, Seigneur, je suis faible, et souvent, dans les moments difficiles, je cherche, pour me soutenir, une " présence amie ".

J'ai besoin d'une parole, d'une main à serrer, d'un visage à embrasser. Mais j'ai compris, maintenant, qu'une présence physique n'est pas forcément le signe d'une présence réelle. 

Deux êtres peuvent se voir, se toucher et même très fort s'embrasser, mais demeurer loin, très loin l'un de l'autre, séparés, si l'amour entre eux, par l'intérieur, ne les unit.  Combien de mains serrées ne sont que comédie !

Combien de couples, depuis longtemps couchés dans le lit d'habitudes, ne sont que deux solitudes, campant de part et d'autre d'un infranchissable fossé !  Mais je crois aussi de toutes mes forces, Seigneur, que deux êtres, l'un de l'autre cruellement éloignés, par l'es-pace ou le temps, peuvent se rejoindre, s'unir, vivre en communion profonde, si l'amour en eux est vivant.

Je le crois pour les hommes, Seigneur, alors, comment ne pas le croire pour Vous ?  Puis-que Vous nous aimez infiniment, Votre présence à chacun de nous, ne peut être qu'infinie.

Présence réelle, présence totale, toujours et partout. Rien, Seigneur, ne peut nous séparer de Vous, rien qui ne vient de Vous.  

                                                                                 
Michel Quoist



NOTRE MISSION


"Vivre l'accueil inconditionnel du Christ, dans une pastorale axée sur la Miséricorde du Seigneur, afin d'être: l'Église au Service du Peuple de Dieu.