Église Chrétienne Catholique Traditionnelle, messe, Parole de Dieu, Bible, Jésus Christ, disciple Christ, histoire Église catholique, œcuménismes
Vie Sacramentelle > - Le Pardon
Église Chrétienne Catholique Traditionnelle, messe, Parole de Dieu, Bible, Jésus Christ, disciple Christ, histoire Église catholique, œcuménismes 

Célébration du pardon ou Sacrement de Réconciliation

 

 

LA CONFESSION, COMMENT SE CONFESSER ?

1. Comment commencer la préparation  à sa confession?
 On commence habituellement en faisant son  examen  de  conscience, mais il y a quelque chose à faire  avant. Il faut d'abord se mettre devant la  Parole de  Dieu en lisant un  passage de la Bible comme un  appel à la conversion ou un  pardon donné par le  Christ. L’écoute de la Parole en nous révélant la  miséricorde de Dieu nous dévoile en même temps  notre propre péché. Malheureusement on le fait  rarement en dehors des célébrations communau- taires. 

2. Comment faire son examen de conscience ?
 Il y a des manières très diverses de faire son examen de conscience. On peut  partir aussi des Béatitudes ou d'un texte  de l'Évangile qui nous a touchés. On  peut chercher les péchés que l'on a faits par pensée, par parole, par action et  par omission. Dans les célébrations pénitentielles, les animateurs proposent  parfois un examen de conscience centré sur un aspect de la vie.   Dans une opti que traditionnelle, on peut le faire à partir des commandements de Dieu et de  l’Église.

      


3. Comment se disposer à la contrition ?
 Se préparer à la confession, ce n'est seulement faire son "examen de  cons cience", en cherchant  ses péchés. Il y a quelque chose de plus important  que l'on néglige parfois.  Il faut regretter  ses péchés en comprenant qu'ils  ont offensé Dieu. 

 La "contrition" consiste à reconnaître que nous sommes éloignés de Dieu par  notre faute et à regretter notre manque d'amour. C'est à la lumière de l'amour  de Dieu pour nous que nous saisissons que le péché est plus qu'une faute  humaine. Il faut donc demander à Dieu qu'il nous éclaire sur notre vie, qu'il  nous aide à prendre conscience de notre péché.

 C'est enfin être décidé à prendre les moyens pour ne plus retomber dans le  péché, c’est-à-dire,  prendre des résolutions concrètes. C'est enfin s'engager à  réparer, si c'est nécessaire,  le mal que nous avons fait par notre péché.

  4. Comment se passe la confession ?
 Le sacrement est donné dans un dialogue de prière entre  le  prêtre et le pénitent.  Le pénitent  demande le pardon de  Dieu et avoue ses péchés ; le prêtre aide le pénitent à  mesurer  la grandeur de l’amour de Dieu et de sa  miséricorde; le péni- tent dit une prière de "contrition" c’est-à-dire,  de repentir; le  prêtre donne "l’absolution", le pardon des péchés, de la part  du Seigneur et invite le pénitent à un acte concret ou à une  prière manifestant une ferme volonté de  vivre le pardon de Dieu.

5. Se confesse-t-on toujours dans un confessionnal ?
 C'est au XVII ° siècle que sont apparus les confessionnaux qui sont devenu le  lieu presque unique de la confession.  Actuellement les lieux se sont diversifiés :  on utilise encore le confessionnal, mais cela peut être un local accueillant ou  différents emplacements dans l'église.

6. Est-ce utile de se confesser quand nous commettons toujours les mêmes péchés ?
 On est souvent découragé de se confesser, en se disant que l'on recommencera  les mêmes péchés. Cela mérite réflexion. Il est certain que la confession ne nous transforme pas complètement, mais le  sacrement du pardon nous met  dans l’humilité devant Dieu qui nous aime malgré  notre faiblesse. D'autre part, on se contente parfois, en préparant sa confession,  de faire une liste de ses péchés, sans avoir une vraie contrition. Cela peut  expli quer que la grâce de Dieu ne change pas notre vie.

7. Que faire lorsqu’on n’a rien à dire ?  
 Parfois, on ne voit pas en quoi consistent nos péchés, on ne sait pas quoi dire. On  n'a parfois l'impression  que l’on n’a pas de péchés qui auraient besoin du  pardon de Dieu.  Cependant, si nous ne voyons pas nos péchés, nos voisins, eux,  les connaissent. St Jean dit "Si nous disons que nous n'avons pas de péché, la  vérité n'est pas en nous" (1 Jn 1,8-10).  On a cette impression parce qu'on n'a pas  assez conscience des exigences de l'Évangile.  La célébration collective qui nous  présente la parole de Dieu et la rencontre avec un prêtre nous aident à une  prise de conscience. Si on a l’impression de n’avoir rien à dire, c’est le signe  qu’il y a quelque chose à changer dans sa vie.  

8. Quand se confesser ?  Y-a-il  des occasions ou des lieux favorables ?
 Les grandes fêtes religieuses durant l’année peuvent servir de repères pour  revenir vers Dieu par le sacrement de réconciliation. On peut se confesser à  l'approche des fêtes. Le temps du carême, par exemple le "mercredi des  cendres", est aussi un moment privilégié pour recevoir le pardon. Il est plus  facile de se confesser quand on le fait régulièrement que d'une manière occasion- nelle. Beaucoup de chrétiens demandent l’absolution de leurs péchés à l’occasion des  grands rassemblements, dans des lieux de pèlerinage ou dans des sessions des  mouvements du Renouveau charismatique.

9.  Que nous apporte l'aveu de nos péchés ?
 Cet aveu est parfois pénible, humiliant, mais il nous libère d'un poids.  L'aveu est  une libération. De plus, en nous faisant formuler nos péchés, il nous aide aussi à  voir plus clair en nous, à faire la vérité sur nous-mêmes.  Ainsi, il opère en nous une transformation qui permet de mieux prendre  conscience de l'amour de Dieu qui pardonne. La confession n'est pas une  démarche de deuil et de tristesse, mais une demande pleine de confiance. On  éprouve la paix et la joie après s'être confessé.

 


NOTRE MISSION


"Vivre l'accueil inconditionnel du Christ, dans une pastorale axée sur la Miséricorde du Seigneur, afin d'être: l'Église au Service du Peuple de Dieu.